Compléments Alimentaires : Utiles ou indésirables ?

Compléments Alimentaires : Utiles ou indésirables ?

 
COMPLEMENTS  ALIMENTAIRES: UTILES OU INDESIRABLES
 

Définition d'un complément alimentaire:
 
 

On entend par compléments alimentaires, « les denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d'autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés… » (Directive 2002/46/CE du Parlement européen, transposée par le décret n°2006-352 du 20 mars 2006).

 

Les compléments alimentaires sont commercialisés sous forme de doses telles que les gélules, pastilles, comprimés, pilules, sachets de poudre ou encore en préparations liquides (ampoules, flacons munis de compte-gouttes).

 

Cependant, contrairement aux médicaments, la commercialisation des compléments alimentaires ne nécessite pas d'autorisation individuelle de mise sur le marché, fondée sur l'évaluation préalable, par une instance d'expertise, d'un dossier soumis par l’industriel.

 

Consommation: quelques Chiffres
 

D"après l'étude INCA 3: En France, un adulte sur cinq et un enfant sur dix consomment au moins occasionnellement des compléments alimentaires ou des vitamines et minéraux sous forme médicamenteuse. Dans près des deux tiers de cas, les consommateurs procèdent à une cure, généralement en hiver (70% des enfants et 54% des adultes), sinon en automne (25% des adultes et des enfants).
La prise de compléments alimentaires dure en moyenne quatre mois et demi chez les adultes et deux mois et demi chez les enfants. Les adeptes de ces produits cherchent surtout à "maintenir leur santé". 33% veulent lutter contre la fatigue, 21% résoudre des problèmes de santé particuliers et 17% rester en bonne santé ou lutter contre les maladies.
 
 Le dispositif de Nutrivigilance de l'ANSES : 

 L’ Anses (l’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail) a mis en place un dispositif de Nutrivigilance depuis 2009. 

 

L’objectif est de surveiller les effets indésirables liés à la consommation des compléments alimentaires ainsi que d’autres produits alimentaires tels que les aliments enrichis ou de nouveaux aliments destinés à une alimentation particulière (nourrissons, sportifs, patients souffrant d’intolérance alimentaire...).

Ce dispositif permet d’identifier et de collecter les effets indésirables déclarés par les professionnels de santé, notamment des médecins et des pharmaciens et contribue ainsi à renforcer la sécurité du consommateur. Grâce à ces données, l’Anses réalise des expertises afin d’évaluer les risques liés à la consommation de ces produits et émet des recommandations. Ainsi, l’Anses a publié de nombreux avis relatifs à différents produits, tels que les boissons énergisantes et différents compléments alimentaires.


 
Les produits concernés : quelques exemples

 

Ceci concerne les compléments alimentaires, les  boissons énergisantes mais également certains aliments tel que la pulpe déshydratée de fruit de baobab, ou encore les produits destinés à une population spécifique comme ceux "sans gluten" (voir nos recettes simple et sans compléments). Ce sont les professionnels de santé qui se chargent de faire remonter les effets néfastes présentés par leurs patients.
 
Les effets constatés :

Au total, 1565 cas ont été signalés à l'Anses, dont 76% concernent des compléments alimentaires. Les boissons énergisantes représentent la deuxième catégorie de signalements, avec 258 cas. Les compléments alimentaires ciblant la minceur sont les plus incriminés (15%), devant les compléments alimentaires capillaires (11%) et hypocholestérolémiants (10%). 


Les patients se sont surtout plaints d'effets indésirables d'ordres hépatique (19,9%),
 gastro-entérologique (18,4%) et allergologique (16%). 

 

Les produits concernés :

L’analyse des signalements permet ainsi à l’ANSES d’établir des priorités en matière d’évaluation des risques. Dans le collimateur :
Les boissons dites « énergisantes ». « Ce sont des sodas enrichis qui ont essentiellement en  commun leur teneur élevée en caféine » explique l’ANSES. « Cette composition en fait des  boissons « excitantes » qui peuvent, lorsqu’elles sont associées à certains modes de consommation (alcool, sport,…) générer des accidents cardiaques graves » ;
La levure de riz rouge. « L’usage de compléments alimentaires à base de levure de riz rouge contenant des monacolines (substances proches des statines) peut exposer les consommateurs à des risques pour la santé (comme des atteintes musculaires ou  hépatiques) ».

 Cette substance est présente dans l’écorce d’orange amère. « Les apports par le biais des compléments      alimentaires doivent être inférieurs à 20 mg/jour. Il convient de ne pas l’associer à la caféin
e.

 A noter que 3 autres évaluations sont en cours concernant les compléments alimentaires  destinés aux femmes enceintes et aux sportifs, et ceux contenant de la spiruline. Les résultats  sont attendus au cours du premier semestre 2015.


 
Conclusion de l’ANSES :

« Les déficits et les carences en nutriments sont très rares au sein de la population générale et concernent (…) des groupes particuliers de la population (femmes enceintes, personnes âgées, populations en situation de grande précarité…) », conclut l’ANSES.
« Pour une grande majorité, une alimentation équilibrée permet d’apporter l’essentiel des nutriments nécessaires pour couvrir les besoins nutritionnels. Les compléments alimentaires ne sont pas anodins. Leur consommation devrait être assortie d’un conseil personnalisé auprès d’un professionnel de santé. ».
« la consommation de compléments alimentaires » ne doit pas se substituer à une alimentation diversifiée et devrait être assortie d'un conseil personnalisé auprès d'un professionnel de santé".
Et de conclure : "Pour une grande majorité de la population, une alimentation équilibrée permet d'apporter l'essentiel des nutriments nécessaires pour couvrir les besoins nutritionnels".
 
 
Ma conclusion :

Vous constatez une fatigue passagère avec une chute de cheveux, un taux légèrement élevé de cholestérol et/ou  vous avez quelques kilos à perdre, consultez un professionnel de la nutrition qui pourra vous faire un bilan nutritionnel gratuit. Puis il vous aidera à rééquilibrer votre alimentation en fonction de votre âge, de votre activité, de votre état de santé.

En effet, il est préférable de choisir des aliments sains, naturels, varier son alimentation plutôt que d’avoir recours, sans avis médical, à des suppléments sous forme de médicaments.

 

 

Une émission de France inter confirme mes propos et je vous invite à l'écouter
 
 
Sources à consulter en compléments: ANSES.fr, les compléments alimentaires, lequotidienlesmarches.fr, ladepeche.fr
 

Fabienne Millet-Armbruster




 

  **************************

 


Vous cherchez un point conseil en nutrition et diététique ?

Sélectionnez votre région et découvrez les diététiciens ou nutritionnistes près de chez vous.

Trouvez votre nutritionniste !


 

 

Les Additifs Alimentaires Les Produits Allégés Déchiffrer les etiquettes La Manultrition